La Génératrice - Le petit précis d'autodéfense numérique: les jeunes et leur santé mentale
X
FJÎM
une instance de Concertation Montréal
logo La Génératrice

Projet 5. Le petit précis d'autodéfense numérique: les jeunes et leur santé mentale

DESCRIPTION DU PROJET

Lieu du projet: Ville-Marie

Djamila et ses coéquipier.ère.s, tous et toutes étudiant.e.s en médecine, lanceront au cours des prochains mois le « Petit précis d’auto-défense numérique: la santé digitale pour les jeunes ». Ce projet consistera en une série d’ateliers visant à sensibiliser les adolescent.e.s québécois.e.s de secondaire 3 à 5 sur la dépendance aux médias sociaux et aux écrans, ainsi qu’aux impacts des technologies numériques sur le bien-être et les relations interpersonnelles.

Il est reconnu que l’interface des technologies numériques est conçue pour accrocher ses utilisateur.trice.s et faciliter une utilisation prolongée. De nombreuses études attestent qu’elle entraîne des conséquences importantes sur le bien-être, ce qu’on réfère aujourd’hui comme la « santé digitale ». Par ailleurs, l’introduction précoce de ces technologies dans la vie des jeunes, s’insérant dans de nombreuses sphères de leurs vies, témoigne d’une nécessité d’offrir un cadre de réflexion ainsi que des pistes de solution vis-à-vis des conséquences que cette utilisation peut engendrer. Actuellement, peu d’actions ont été posées au Québec pour prévenir et pallier les effets des médias sociaux et des écrans, ressentis autant sur le plan des habitudes de vie, que celui des relations interpersonnelles et de la santé mentale des enfants et des adolescent.e.s.

Tout en reconnaissant la valeur ajoutée de ces moyens de communications sur notre mode de vie, l’atelier permettra d’amorcer, auprès des jeunes, une réflexion sur l’influence des médias sociaux et plateformes numériques sur les relations sociales, l’estime de soi, la réussite scolaire, l’image corporelle et le bien-être. L’atelier, dont les contenus seront co-construits en collaboration avec des jeunes et des expert.e.s, s’appuiera également sur une application mobile, ludique et instructive. Le projet de Djamila vise ultimement à dégager et à partager des pistes d’action pour une utilisation plus consciencieuse et responsable des technologies numériques.

Montréal, ville de santé globale et mentaleBasé sur le rêve:
LA SANTÉ MENTALE AU CŒUR DES PRÉOCCUPATIONS
Thématique: Montréal, ville de santé globale et mentale

Consulter le rapport du projet  #Jeunesse375Mtl 2017 pour y découvrir tous les rêves!

Rapport #Jeunesse375Mtl
Djamila Saad

Djamila Saad

  • 22 ans
  • Arrondissement: Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce
Voir les 12 porteurs

L'équipe

COÉQUIPIER.E.S

Charles-Antoine Barbeau-Meunier
Charles-Antoine Barbeau-Meunier
Porteur

Charles-Antoine, candidat au programme MD/PhD à l’Université de Sherbrooke, est titulaire d’un baccalauréat en communication et étude des médias ainsi que d’une maîtrise en sociologie. Son mémoire de maîtrise, primé internationalement, explorait la culture de l’empathie en tant qu’agent de transformation sociale. S’intéressant aux rapports sociaux en tant que déterminants de la santé, Charles-Antoine agit à titre de conseiller et conférencier au sujet de l’effritement de l’empathie dans les milieux de soin. Il a également exploré l’impact des écrans et des réseaux sociaux sur les mécanismes de l’attention et l’écologie des rapports humains. Aspirant à une société plus résiliente et solidaire, Charles-Antoine a siégé au sein de plusieurs associations jeunesse, notamment auprès du Consortium of Universities for Global Health(CUGH), de la Commission Canadienne de l’UNESCO, et du chapitre québécois de la Fédération internationale des associations d’étudiants de médecine (IFMSA-Québec).

Michelle Houde
Michelle Houde
Porteuse

Michelle est finissante en médecine à l’Université de Montréal. Tout au long de son parcours scolaire, elle s’est intéressée aux déterminants sociaux de la santé et aux enjeux influençant le bien-être physique et psychologique. Elle s’est notamment engagée auprès de la Fédération internationale des associations d’étudiants de médecine(IFMSA) en présentant des ateliers sur la santé publique à plus de 500 étudiants des quatre coins du globe. Elle a aussi représenté l’IFMSA aux congrès annuels de l’Organisation Panaméricaine de la Santé et de l’Organisation Mondiale de la Santé, militant pour la prévention des maladies chroniques. Michelle est, cette année, responsable du comité de santé publique d’IFMSA-Québec. Dans ce cadre, elle a décidé de s’impliquer pour la santé et les technologies, enjeu trop peu souvent abordé. Elle fait également partie de l’équipe internationale du même comité.